Ravivage de la Flamme en Juin 2011

Publié le par Souvenir Français

              Merci au souvenir Français, merci à sa présidente Den Marais -Hayer pour son organisation, n'oublions pas que notre amie est à l'origine de cette manifestation commémorative, merci à la Municpalité et surtout à nos jeunes du CCJ qui prennent la relève  des anciens dans leur travail du "devoir de la mémoire "qui est un combat permanent.

 

Gérald LAMBILLIOTTE.

 

                  La mémoire est essentiel pour les peuples. La mémoire est le terreau de toutes les civilsations. Celles qui furent un jour ou celles qui demeurent encore aujourd'hui. La mémoire doit être un espace ou ce qui s'est passé un jour, évoque le souvenir.

           Souvenirs des temps heureux d'autrefois, mais aussi ceux de l'effroi. Souvenirs d'une mère, d'un père, d'une main qui se tend, d'une soupe chaude en hiver d'un morceau de pain en misère.

           Souvenir d'un regard d'amour, le premier, celui de la mère. Celui du premier amour. De ces regards que l'on a pas oublié. Que ce soit dans les tranchées de Verdun, aux djebbels d'Algérie en passant par les rizières d'indochine. Le soldat est le même. Comme d'Afghanistan ce matin et demain et après demain... Souvenirs Français.

         La mémoire, c'est ce qui nous permet d'être humain. De regarder l'autre et lui dire "Je me souviens"! Nous étions ennemis autrefois, folie des hommes, des passions jusqu'à l'incompréhension. Je me souviens que nous étions adversaire et aujourd'hui, nous sommes sur la même terre. Souvenons-nous ensemble. Gardons la mémoire intacte. Evitons d'en perdre des miettes sous peines de ne plus comprendre un jour, qui nous étions et pourquoi nous nous détestions autrefois. Parce que savoir c'est comprendre, c'est éviter de commettre les même erreurs. Les même horreurs.

          Gardez la mémoire ne veut pas dire la moduler, la façonner pire, la travestir. Pour que le devoir de mémoire ait un sens, il faut que cette mémoire soit telle qu'elle est. A l'état brut dans toute son sa dimension historique, dure comme une pierre tranchante, monstrueuse comme la réalité sit l'être parfois. Avec de la compassion et le pardon qui sait.

        Si ce nétait pas le cas, alors ce devoir de mémoire ne serait pas rempli. Les hommes ne sont que ce qu'ils sont. Ni des Dieux, ni des Princes de bonté. Uniquement des hommes parfois pris d'une immense folie. C'est la mémoire de ce qu'il est capable de faire qui pourra éviter à l'homme de recommencer. C'est en cela ou le devoir de mémoire à un sens. Pas uniquement dans la posture, le discours. Le devoir de mémoire, c'est tous les jours. Dans un combat permanent et de tous les instants pour dire NON à la barbarie.

 

Gérard BRAZON 

**************************

 Ravivage de la Flamme
 

Jeudi 23 juin au soir, une quinzaine de jeunes élus du CCJ de CM2 et de 4ème s’est rendu sous l’Arc de Triomphe afin d’assister à l’émouvante cérémonie du Ravivage de la Flamme du Soldat inconnu. Entourés des élus de la Municipalité : Jean-Marie Ballet, adjoint au Maire, délégué à la sécurité publique, M. Boumendil, Maire honoraire de la ville de Puteaux, Michel Roux, vice-président de l'Office Municipal des Anciens Combattants,  ainsi que Mme Den Marais-Hayer, Présidente du Comité du Souvenir Français de Puteaux, ils ont rendu hommage aux soldats de la guerre 1914-1918, de la Seconde Guerre mondiale et à tous les soldats des conflits contemporains.

Après un défilé des Champs-Elysées jusque sous l’Arc de Triomphe, les enfants du Conseil Communal des Jeunes ont ensuite déposé, aux côtés des anciens combattants présents, trois gerbes sur la tombe du Soldat inconnu ; une au nom du CCJ et une deuxième au nom du Maire, représenté par M. Ballet et la dernière au nom du Comité du Souvenir Français et déposé par Mme Marais-Hayer. Une minute de silence, précédée du retentissement de la sonnerie «Aux Morts», a été observée en l’honneur de ces vaillants soldats.





  (24 juin 2011)

 

Source mairie de Puteaux

 

 

 

Commenter cet article