L'histoire d'Iréna Sendler, une allemande qui refusa le nazisme - par Gérard Brazon

Publié le par Souvenir Français

            Il y a des femmes et des hommes qui me disent qu'ils n'ont pas la liberté de parler, qu'ils ne peuvent pas dire ce qu'il pensent. C'est possible leur dis-je mais, c'est aussi un choix.

Irena-Sendler.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tu vis dans un pays encore libre.
              Tu as le choix de te regarder dans la glace, droit dans les yeux et être fier de toi autant que possible. Celui d'accepter de devenir une simple lavette pour essuyer le miroir.
 Tu es libre te dis-je !
 
           Quand je songe à ceux qui sont morts ou se battent pour avoir cette liberté alors que nous l'avons tous les jours aujourd'hui, je me dis que nous avons de la chance. Pour autant, pour la préserver, je te demande de faire le bon choix.
 Regardes-toi dans la glace...
 
Voici l'histoire d'Iréna Sendler.

              Regardez cette femme! Ne l’oubliez jamais. Les prix ne vont pas toujours à ceux qui le méritent! Elle s'appelait Irena Sendler.

 

                Récemment décédée à 98 ans, le 12 mai 2008, elle demanda pendant la 2 ème guerre mondiale à aller travailler dans le Ghetto de Varsovie, comme plombier, serrurier. Elle avait une motivation bien particulière. Elle connaissait les plans d’extermination des nazis envers les juifs (Elle était allemande). Irena a  caché des enfants dans le fond de sa boite à outils qu’elle transportait à l’arrière de son véhicule ainsi qu’un grand sac ( pour les enfants plus grands). Elle avait aussi un chien à l’arrière qu’elle a entrainé à aboyer quand les soldats allemands la contrôlaient à l’entrée et à la sortie du ghetto. Les soldats  ne pouvaient rien contre le chien qui couvrait en fait le bruit que pouvait faire les enfants. 

              

                  Elle sauva  2500 enfants en les cachant ainsi. Elle fut arrêtée et les nazis lui brisèrent les jambes, les bras et la torturèrent très  sévèrement.Irena garda tous les noms des enfants qu’elle avait fait partir du Ghetto qu’elle garda dans une jarre en verre enterrée derrière un arbre au fond de son jardin derrière sa maison. Après la guerre, elle essaya de localiser tous les parents qui avaient pu survivre et tenta de réunir les familles. Mais la plupart avaient été gazés . Les enfants qui avaient été sauvés ont été placés dans des familles d’accueil ou ont été adoptés.

 

                Elle a été proposée pour le prix Nobel de la Paix, mais n’a pas été retenue. C’est Al Gore qui fut primé, pour son film sur le réchauffement de la planète 63 ans plus tard. Vous trouvez cela effarant? Moi aussi...

               Même au bout de 63 ans, elle ne fût même pas mis en avant pour son courage. Elle n'a pas mener son combat pour recevoir une médaille, un prix! Certainement pas mais, la reconnaissance de l'humanité envers cette femme si humaine face à la barbarie était nécessaire. On préféra saluer Al Gore. Nous sommes toujours dans la confusion des esprits ou les valeurs ne veulent plus rien dire, où l'Histoire des hommes est obsolète face à l'urgence médiatique du moment.

 

              Pour autant, il faut pouvoir se regarder dans le miroir. Droit dans les yeux. Pouvoir continuer à se dire: J'ai fais ce que j'ai pu, je n'ai rien lâcher, je me suis battu et je me bat encore ! Aujourd'hui et demain.

               Merci à Irena Sandler pour cette belle leçon. Tous les hommes et femmes ne se valent pas mais tous méritent d'être respectés pour ce qu'ils sont.

 

 

 

Publié dans HISTOIRE CONTEMPORAINE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 16/07/2015 10:51

Irena Sendler n'était pas allemande, mais polonaise.